Plan Communal d’Aménagement Révisionnel (PCAR) de Fèrjanwé à Etalle

Société royale

LogoGardonStabuloisBordureHaute

LE GARDON STABULOIS ASBL

© 2008-2011 Le Gardon Stabulois ASBL, B-6740 ETALLE, Belgium

L’Administration Communale a demandé une autorisation de modification du plan de secteur pour le site de Fèrjanwé. Il se trouve le long du contournement sud d’Etalle en direction de Virton.

Cette modification, qui consiste à transformer une zone « verte » en zone d’habitat, va entraîner la disparition de deux ruisseaux de reproduction salmonicole: le ruisseau du Petit Vivier et le ruisseau du Vivray.

Notre ASBL a besoin de votre aide pour empêcher cette atteinte à notre ressource piscicole.

De plus, cette zone est fortement humide et ne convient nullement à l’habitat.
Il serait plus approprié de la restaurer à son état d’origine afin qu’elle devienne le fer de lance
du futur Parc Naturel de Gaume et même y accueillir la Maison du Parc Naturel de Gaume.

Un peu d’histoire.

En 1997, sous prétexte de réaliser le contournement d’Etalle, l’Administration Communale a remblayé
une zone naturelle dix fois plus grande que nécessaire à ce contournement et a empêché son classement
en zone Natura 2000.  But non avoué grâce au PCAR, lotir à tout va, s’assurer de nouveaux électeurs et,
sans aucun doute, s’enrichir.

Le projet actuel, pharaonique, proposerait plus de 700 logements dans le plus pur style « cage à poules »:
bâtiments de cinq étages, car-ports et pelouses minuscules.  Ces 700 logements signifieraient
une augmentation de population d’environ 2000 personnes. La station d’épuration actuellement
en construction ne supportera que 5700 équivalents habitants.  Notre Semois va, elle aussi, subir
à moyen terme une forte augmentation de pollution. C’est le comble pour un ancien président du contrat de rivière Semois, notre bourgmestre, d’être si peu prévoyant.

Nous avons déjà écrit en octobre au Cabinet du Ministre Benoit Lutgen et en novembre au cabinet
du Ministre Philippe Henry en demandant l’annulation pure et simple de ce PCAR.

L’enquête publique est ouverte et il est nécessaire pour le bien de nos ruisseaux, rivières et nature d’empêcher cette aberration.  Un formulaire est à remplir pour arrêter cette destruction en cliquant ici:

Documents joints: Herbiers aquatiques et prés fleuris (DNF), Lettre aux ministres Lutgen et Henry.